1- Scanssions au cours des années d'enseignement
  de Jean-Michel VAPPEREAU
: 

      De quelques contributions au discours de la psychanalyse avenir.

1.   Pliage du schéma de Freud–Lettre 52 en schéma F (1978-1982)
2.   Démonstration littérale de l'impossible des discours : le Théorème de Lacan.
3.   Théorie de l'Indentifications et de l'objet de la psychanalyse (1983)
4.   La topologie du sujet comme logique canonique classique modifiée (1984)
5.   Les trois négations de la topologie du sujet (1985)
6.   Le mouvement noeud. sa définition (1989)
7.   La lettre dans les Écrits de J. Lacan. (1990)
8.   L'énonciation, la conception sémantique de la vérité de Tarski, la phase phallique chez Hans       et la castration de la mère (1991-1992)
9.   La fonction paternelle, une difficulté freudienne pour les freudiens de toutes sortes. Son lien       avec la fonction du noeud Borroméen et le narcissisme dans le discours analytique. De la       distinction entre la fonction paternelle, le secret du désir, et la fonction imaginaire du phallus       symbolique. (1993-1994)
10. Afin de préciser le narcissisme. - 1. intrinsèque/extrinsèque, - 2. La géométrie de la symétrie       dans le miroir des objets de dimensions 2 et 3. (1995)
11. La loi de la Parole : Le fait de dire est un trait différentiel métalinguistique non marqué. De       surcroît dire c'est dire la vérité.(1996)
12. Théorie des noeuds et théorie des non noeuds (1997)
13. Du temps logique et de l'assertion anticipée. Sa réduction classique et son développement en       topologie du sujet. Présentation littérale stricte. (1998)
14. L'Ics. de Freud. Sa construction littérale en topologie du sujet. (1999)
15. La logique du fantasme (lecture et commentaire de la poétique d'Aristote). La comédie :       Construction littérale du vel de l'aliénation (2000).La tragédie : La logique modifiée comme       séparation (se parer / séparer)
16. Lecture des formules kantiques de la sexuation en théorie des ensembles et construction       effective des kanteurs originaux, du côté femme, en topologie du sujet. (2003/2004)
17. Lecture du Séminaire XXIII le Sinthome ou comment réussir là où le paranoïaque échoue.       Passage des entretiens préliminaires à la cure. Refaire la clinique freudienne avec les       suppléances : mode Hamlet (l'hystérie de Joyce) et mode OEdipe (la psychanalyse de Freud)       avec les différents problèmes topologiques présentés par le dessin (2006).
18. La répétition freudienne, découverte dans l'écriture de la séparation comme modification de       la conjonction logique, intersection ensembliste et produit algébrique (de Boole). Le lien       tragique du sujet à l'objet absolu du désir . (2009)
Pas de clinique, de l'anorexie, de l'addiction, ... en un mot de la phobie sans cela. Pas plus en matière de perversion, de psychose et de psychanalyse sans la répétition freudienne comme différence, trait crucial qui fait voir sa carence actuelle dans la civilisation impérialiste. Extension de la psychose paranoïaque des occidentés.
19. De la mathématique dialectique proposée par Lacan entre les quatre termes SaAa' nous pouvons construire le sujet barré (S+a') coupé par a pour former la relation (S barré poinçon de a) dans l'écriture algébrique de cette topologie de la logique nécessaire à l'analyse freudienne.  (2010)
20. La symétrie dans le diagramme synchronique du mouvement diachronique entre (a,S) et (a',A), Les disques troués de l'aliénation caractéristique de la logique classique, étape d : Schéma R (séparation), étapes b et j : Schéma I (psychose paranoïaque). Les Nœuds logiques (extrait de la logique retrouvée), et le dérapage d'Aristote "... il faut quand même que je vous fasse sentir la portée d'une certaine façon dont moi je fraye la logique modale." J. Lacan les non dupes errent (leçon 7 du 19 février 1974). (2011)
21. Des deux difficultés majeures pour la psychanalyse 1. Généralisation au nœud trèfle et au nœud borroméen de la coupure du tore par le huit intérieur (L'étourdit). 2. L'erreur de Lacan, sa raison explicitée par le risque des nœuds borroméens généralisés au cours des deux dernières années du séminaire du docteur J. Lacan qui culmine avec la définition ultime du trauma par la D.I. : le trou réel de la Parole nécessaire, cause du refoulement primordial (Urverdrang) pour achever le séminaire. (2012)
22. Du traitement contingent de la psychose paranoïaque : Bo-mouv. et W-mouv. au lieu des calculs numériques mécanisables (Turing). La répétition freudienne rétablit le lien du sujet, toujours incorrigible, avec la partie perdue de son objet, construite, corrigée et retrouvée dans le désir de l'Autre, au lieu du narcissisme génital.  Toujours aussi agressif, violent et érotique, il est ainsi pacifié par le capitonnage de la Parole et de l'écriture qui enseigne la lecture. De la construction de l'objet corrigée par la lettre mathématique après Cantor qui achève les rites et les initiations, vient la version nodale du poinçon du fantasme (2013)
23. Du traitement contingent de la psychose paranoïaque par l'étude de la théorie des nœuds propres (un seul rond) rendus lisibles grâce aux chaînœuds (plusieurs ronds) Bo et W qui rétablissent la différence incorporelle nécessaire à la lecture hantise du paranoïaque même normalisé. Lire c'est découper, séparer, inventer de nouvelles coupures effectives, la collure se fait d'elle-même et de surcroit. Exemplaire la transmission du mot d'esprit, banal et exceptionnelle. (2014)